Recherche

Panafricains dévoués

Non au Néocolonialisme

L’heure a sonnée

la Jeunesse ivoirienne se prends en charge

on dit quoi au pays

Nous voici approché, irréductiblement vers l’horizon 2020, qui marquera à coup sûr un tournant important pour notre chère Côte d’ivoire avec la disparition annoncée de gros dinosaures de la politique ivoirienne. (Retrait du PR Alassane ouattara de la vie politique »).

Dès lors un besoin de renouvellement de la classe dirigeante s’impose.

Et face à cette perspective, les « jeunes » émergent dans l’arène politique non pas comme des débutants mais comme de vrais fauves qui ont domptés leur faune et leur pression se fait de plus en plus pesante.

Et ce n’est pas les dernières législatives (2016) qui pourront battre en brèche cette affirmation, car elle a été le lieu de l’éclosion de jeune dynamique dans la politique Ivoirienne.

D’abord citons  ensemble Olivier AKOTO, qui s’est érigé contre la décision du Président du PDCI en se présentant en indépendant contre le candidat de son parti Niamien N’NGORAN qu’il a battu dans le fief même du…

View original post 350 mots de plus

Publicités

La Chute annoncée d’un Géant ivoirien

fpi

 

Voilà plus de 7 ans que le FPI a perdu le pouvoir et n’arrive toujours pas à sortir la tête de l’eau. Constat, un parti divisé en deux tendances pro-Sangaré (qui faut le reconnaître, de par les fortes mobilisations dans les meetings montre qu’ils ont la base comme soutient) et pro-affi (légalement reconnu par le gouvernement avec d’ailleurs le titre de chef de l’opposition , ce qui joue beaucoup en sa défaveur vis-à-vis des militants qui l’accuse de connivence avec le pouvoir).

Résultat, une situation alarmante pour le parti sensé être le leader de l’opposition. Cette division interne est un frein pour concurrencer la machine RHDP.

Pour illustration, la cuisante défaite aux législatives de la branche Affi (3 députés sur 210 candidats) montre  bien l’écart entre la base et le parti légal de l’ancien président.

Quant à la branche Pro-Sangaré elle s’efforce à rester dans une logique de défiance, de ‘’GBAGBO OU RIEN’’, pour eux le préalable à toute participation au jeu politique est conditionnée par la libération de leur leader. Difficile qu’elle rentre dans le jeu politique de sitôt quand on voit la lenteur du procès de celui-ci. Or, avec les chiffres fait aux législatives par la branche Affi, Les pro-Sangaré jouissent aujourd’hui d’une légitimité sans précédent. N’oublions pas que le Président Gbagbo avait réalisé +45 % au deuxième tour (source CEI) et jouit d’un capital de sympathie et de popularité intacte malgré les années qui passent. Au lieu de se servir de ceci, la branche Pro-Sangaré s’endette dans le boycott, laisse le champ libre au grand ogre qu’est le RHDP.

LE RHDP considérant le boycott comme du pain béni ne finit plus de marquer de son empreinte sur les différentes élections (présidentielle, municipales et législatives) par des victoires soviétiques.

Si les deux courants n’utilisent pas cette phrase devenu célèbre de leur leader à bon escient « asseyons-nous et discutons » l’on risque de voir une domination sans partage du RHDP sur des décennies.

A moins qu’un événement improbable ne vient ré-dynamiser le parti, à savoir la libération de Laurent Gbagbo

EMMANUEL BILE

​COMMENT LES OCCIDENTAUX ORGANISENT LES COUPS D’ETATS EN AFRIQUE ?

ÉTAPE 1- DÉSTABILISER
L’objectif ici est de susciter les foyers de troubles dans le pays visé (Pays ciblé) afin de créer une guerre civile.
ÉTAPE 2- COMMENT DÉSTABILISENT-T-ILS ?
Ils commencent par contacter les groupes prêts à la violence (les rebelles et les extrémistes rémunérés)
Ils leur promettent un avenir meilleur et beaucoup d’autres avantages
Mettre en place une force de frappe commune
ÉTAPE 3- L’ARMEMENT ET LE FINANCEMENT
Formation des groupes rebelles locaux non loin du pays visé ou si possible l’envoi direct des mercenaires étrangers
Livrer aux rebelles ou mercenaires les quantités d’armes nécessaire pour l’attaque
ÉTAPE 4- L’ATTAQUE
Commencer par attaquer les personne civiles afin d’attirer l’attention du peuple pour accuser le gouvernement en place et crier au secours de l’aide venant de l’extérieur
La presse internationale agit pour dire que le gouvernement est mauvais, meurtrier donc nécessité pour tous de mettre en place un gouvernement de transition dirigée par les rebelles
ÉTAPE 5- TOUJOURS LES MÊMES BUTS
Affaiblir l’objet visé
Accuser l’armée locale
Provoquer la confusion
Créer le besoin de demander une force militaire venant de l’extérieur
Renversement du gouvernement en place
Faire tomber le pays dans le chaos
Lorsque la force extérieure arrive, elle élimine les organisations rebelles utilisées au préalable
Prise en charge du pays ainsi que le vol de leurs ressources.
ÉTAPE 6- SE LAISSER CÉLÉBRER COMME SAUVEUR

Ils utilisent comme d’habitude leur fameux instrument qu’est l’ONU pour intervenir dans le pays en faisant de prime à bord la propagande sur la situation humanitaire, ils prétendent venir avec de l’aide afin de paraître aux yeux du monde comme des sauveurs.
ÉTAPE 7- FAIRE LE MÊME EXERCICE EN GRAND CONTRE LES AUTRES PAYS VISÉS
Ces exemples sont légions parmi lesquels on peut citer la Centrafrique, la Lybie, la Côte d’Ivoire et j’en passe.
QUI SONT LES GRANDS PERDANTS DE TOUT CECI ?
La réponse est simple et claire, Toutes les personnes qui se sont laissées envoûtées par les belligérants pour attaquer les propres frères.
Ouvrons les yeux et arrêtons de nous laisser utiliser par ces occidentaux pour nous entre tuer et détruire notre très cher continent qu’est l’Afrique.

Ouvrons les yeux.

La lutte continue très chers.

LES VRAIES RAISONS DE L’ASSASSINAT DU GUIDE LIBYEN : MOUAMMAR KADHAFI

Les véritables raisons pour lesquelles « La communauté Internationale » s’acharnaient comme des chiens sur Le Seigneur KADHAFI sont :

  • Le lancement d’un satellite Africain

C’est KADHAFI qui offre à toute l’Afrique, le premier satellite de télécommunication et opère la première vraie révolution des temps modernes.

Ce satellite assure la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radio diffusion et de multiples d’autres applications telles que l’enseignement à distance.

Pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le continent jusque dans les zones rurales grâce aux systèmes WIMAX et autres.

Cette histoire débute en 1992 lorsque 45 pays ont créé la société RASCOM pour disposer d’un satellite Africain afin de faire chuter les couts de communication sur tout le continent, jadis les communications en Afrique coutaient extrêmement chers parce qu’il y avait un impôt de Cinq cent millions de dollars (500.000.000 USD) que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même à l’intérieur du même continent pour le transit des voix sur les satellites européens comme INTELSAT.

Saviez-vous combien coutait un satellite pour qu’on prenne aux pays africains 500.000.000 USD par an ?

Eh bien, c’est juste une somme de Quatre cent millions de dollars (400.000.000 USD) payable une seule fois et ne plus payer Cinq cent millions de dollars (500.000.000 USD) de location annuelle.

QUEL BANQUIER DIGNE DE CE NOM NE FINANCERAIT PAS CE PROJET ?

Cependant l’équation dite de plus difficile était :

Comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation la plus importante de son maitre ? En sollicitant ce dernier pour y parvenir ?

Ainsi la Banque Mondiale (BM), le Fonds Monétaire International (FMI) et l’Union Européenne (UE) ont aidé utilement ces pays pendant si longtemps ?

C’est en 2006, que KADHAFI met fin au supplice de la mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux pratiquant des prêts à taux usuraires.

Le guide libyen a ainsi mis sur la table Trois cent millions de dollars (300.000.000 UDS), la Banque Africaine de Développement (BAD) a mis Cinquante millions de dollars (50.000.000 USD), la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a mis 27 millions de dollars et c’est ainsi de l’Afrique a depuis le 26 Décembre 2007 le tout premier satellite de communication de son histoire.

Dans la foulée, la Russie et le Chine s’y sont mises cette fois en cédant leur technologie (qui est meilleure à celle de l’UE) qui ont permis le lancement de nouveau satellite Sud-Africain, Nigérian, Angolais, Algérien et même un deuxième satellite Africain est lancé Juillet 2010 et on attendrait normalement pour 2020 le tout premier satellite technologiquement 100% Africain et construit sur le sol africain précisément en Algérie.

Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde mais à un cout 10 fois inférieur : Un vrai défi mais voilà comment un tout petit geste de 300.000.000 USD peut changer la vie de tout un Continent.

La Libye de KADAFHI a fait perdre à l’Occident pas seulement 500.000.000 USD mais les milliards de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini de façon exponentielle contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique.

  • La création d’un Fonds Monétaire Africain (FMA)

 

Les 32 milliards de dollars saisis par Monsieur OBAMA appartiennent à la Banque Centrale Libyenne et normalement prévu pour la contribution libyenne à la finalisation de la Fédération Africaine à travers trois (03) projets phares :

  • La Banque Africaine d’Investissement (BAI) à Syrte en Libye comme siège
  • La création en 2011 du FMA avec un capital de 42 milliards de dollars à Yaoundé comme siège
  • La Banque Centrale Africaine à Abuja comme siège ; la première émission de la monnaie Africaine signerait la fin du F CFA grâce auquel Paris à les mains mises sur certains pays Africains depuis 50 ans.

On comprend dès lors et une fois la rage de Paris contre KADAFHI.

Retenons par-là que le capital de FMA (42 milliards de dollars) est supérieur au capital du FMI (25 milliards de dollars).

Le FMA doit remplacer toutes les activités  sur le sol Africain du FMI qui avec seulement 25 milliards de dollars de capital a pu mettre à genoux tout un continent avec des privatisations discutables comme obliger les pays africains à passer d’un monopole Public à un monopole Privé (Comme cela a été le cas en Côte d’Ivoire lorsque Alassane Ouattara fut Premier ministre).

Ce sont les mêmes pays occidentaux qui ont frappé à la porte pour être aussi membre du FMA et c’est de façon unanime que du 16 au 17 Décembre 2010 à Yaoundé que les Africains ont refusé cette convoitise instituant que seuls les pays Africains peuvent être membres du FMA.

Il est donc évident qu’après la Libye, la coalition occidentale dite communauté internationale déclarera sa prochaine guerre à l’Algérie car en plus de ressources énergétiques énormes, ce pays dispose d’un réserve monétaire de 150 milliards d’Euro, ce qui devient la convoitise de tous les pays qui bombardent la Libye et qui ont tous quelque chose en commun : ILS SONT TOUS FINANCIEREMENT QUASMENT EN FAILLITE.

Les USA à eux seules ont 14.000 milliards de dollars de dette

La France, La Grande Bretagne et l’Italie ont chacun environ 2.000 milliards d’euro de dette publique alors que les 46 pays d’Afrique noire ont au total moins de 400 milliards de dollars de dette publique.

Les seules solutions qui leur restent depuis la conférence de Berlin en 1884 sont de créer des guerres civiles dans les pays d’Afrique afin de redonner vie à leur économie par le pillage de nos ressources naturelles car comme l’avait prédit l’économiste américain Adam Smith en 1865 et je cite « l’économie de tout pays qui pratique l’esclavage des noirs est en train d’amorcer une décente vers l’enfer qui sera rude le jour où les autres nations vont se réveiller.

Pour empêcher KADAFHI de concrétiser le rêve de millions d’Africains dès 2014, il fallait donc l’éliminer avant ou perdre le contrôle totale de l’Afrique.

Voici en réalité toutes les raisons qui ont poussé la France, les USA, L’Angleterre, l’Italie et tous leurs alliés à tuer encore un Président Africain.

KADAFHI avait tout planifié se fixant comme délai de tout réaliser, l’année 2014 pour affranchir le continent Noir après un demi-siècle d’indépendance aux allures de paroles suivies d’aucuns actes de gouverner sans régner.

Après avoir manifesté l’intention de créer les Etats-Unis d’Afrique en 2000, il a obtenu le OK quelques années plus tard, celui-ci pousse le bouchon plus loin

SATELLITE AFRICAIN ET AFRIQIYAH : deux idées concrètes pour l’Unité.

Il a poussé ses pairs à participer à l’achat pour l’Afrique d’un satellite Africain dans lequel il a misé plusieurs centaines de millions de dollars.

Ainsi pour acheter le satellite Africain, il a mis sur la table 300 millions de dollars en témoigne MOUSTAPHA Cissé, Ancien ambassadeur du Sénégal en Libye et Ex-Conseiller du Président Sénégalais Abdou Diouf, en charge du monde Arabo-Islamique.

KADAFHI a lancé comme on l’a dit plus haut la compagnie aérienne AFRIQIYAH Airways qui assurait la liaison entre les capitales africaines, cette compagnie offrait 04 vols réguliers entre Tripoli et Dakar, Abidjan et le Caire et bien d’autres.

Nombreuses étaient les personnes qui utilisaient cette compagnie pour aller à Paris parce qu’on pouvait faire Dakar-Tripoli-Paris et se retourner à 400.000F CFA soit 615€.

On peut remarquer que cette révolution de KADAFHI gênait les compagnies aériennes de transport qui dopaient des millions de F CFA aux Africains selon le diplomate Sénégalais.

Alors Tripoli étaient devenue une plateforme de communication entre l’Afrique, le monde Arabe et l’Europe.

Avec la monnaie unique africaine, KADAFHI avait proposé la mise en place d’une union monétaire Africaine appelée UEMA, de ce fait, il avait dégagé 30 milliards de dollars pour la création de l’UEMA qui devrait siégée à Yaoundé, il avait prévu la création d’une Banque Centrale Africaine (BCA) siégeant à Abuja devrait commencer à émettre une monnaie Africaine à partir de 2014.

Ce qui ne plait pas aux occidentaux parce que ça nous permettrait de nous passer du F CFA et des autres monnaies qui ne font que briser nos économies.

On ne peut parler de ce Saint d’Afrique en ne citant pas des milliards de dollars qu’il a investis dans plusieurs domaines de plusieurs pays africains comme au Mali où son plus petit investissement est chiffré à 50 milliards de F CFA dans l’industrie hôtelière a déclaré OUMAR BALLA TOURE, Directeur Général de l’Office malien du Tourisme.

Malgré tout ce sacrifice qu’a fait ce Saint d’Afrique, tous ces collègues Africains l’ont laissé tomber devant cette petite communauté Internationale.

Ces projets entrepris verront-ils le jour ?

Qu’attendons-nous pour nous lever d’une seule voix et Dire NON à ces Impérialistes ?

Quant à nous, on ne cessera jamais d’éduquer et d’apprendre les vraies histoires aux Africains en les démontrant par A+B les vraies réalités africaines même c’est le contraire qu’on leur apprend dans les écoles occidentales premières en Propagande.

Comme le disait, un autre Saint Africain, Tant que les Africains n’auront pas leurs vraies Historiens, l’Occident continuera de leur verser la poudre aux yeux.

Pour tous ceux ou celles qui veulent nous faire des suggestions, recommandations ou critiques, nous sommes disponible sur Viber, Imo et Whatapps avec le +225 57-58-79-52.

La Lutte continue chers Africains.

LES EFFETS DÉSASTREUX DU FRANC CFA…

Toutes les élites françaises, politiques, militaires, diplomatiques, économiques culturelles et médiatiques qui se sont approchées de loin ou de près de la ruche d’abeille que constitue le Franc CFA ne se sont jamais remis de ce gavage.

Cette manne vertigineuse qui ne profite directement qu’à ces élites rend ceux-ci complètement ivres, leur enlevant la lucidité d’appréhender les changements dans notre société et d’avoir une vision objective, à la dimension de la « grande France ». Ceci entraîne non seulement des difficultés en France mais aussi la perte de plusieurs leviers de son indépendance. Jugez en vous-même :

Pourquoi les pays africains utilisant le franc CFA ne doivent plus fêter leur indépendance ?
La monnaie est un pilier de la souveraineté qui permet de mettre en œuvre toute politique de développement et d’émancipation.
Les anglais le savent très bien, c’est pourquoi ils ne sont pas entrés dans la zone Euro (Malgré qu’ils appartenaient a cette zone, ils utilisaient toujours le Livre Sterling).
Les Allemands le savent également très bien, c’est pourquoi ils n’ont pas changé de monnaie mais simplement le nom de leur monnaie.
En effet l’euro a la même valeur que le mark allemand et l’Euro est toujours produit par la Banque centrale de Frankfort (l’Euro = Mark). Donc, parmi les 3 grands pays d’Europe, seule la France a effectivement perdu sa monnaie, par la bêtise de ses dirigeants qui ont tout concédé à l’Allemagne, à condition que le franc CFA soit rattaché à l’Euro à travers le trésor public français.
Quel est le rôle de la diplomatie Française ?
La diplomatie française ne se résume plus qu’en une seule action : maintenir le Franc CFA.
Elle se décline en deux actions principales :
Intervention militaire dans tous les pays qui demandent de mettre fin au FCFA ou qui menacent son existence,et négociation avec les autres grandes puissances pour ne pas mettre en cause le franc CFA.
C’est la seule cohérence de la diplomatie française sinon comment comprendre qu’une seule personne soit philosophe, homme d’affaire et chef de guerre, le ministre des affaires étrangères et consul de France en Lybie le temps d’une lapidation ?
Comment comprendre qu’aucune de ces grandes nations qui prétendent être éprises de justice et d’humanisme ne dénonce le FCFA ?
Même la grande Chine, dont la coopération fructueuse avec l’Afrique francophone est considérée par la France comme une menace pour le FCFA, subit les assauts incroyables de la diplomatie Française.

Jean Pierre Rafarin a fait de multiples visites en Chine à cet effet. La chine est invitée à lever le pied en Afrique et en échange, le marché Français lui est actuellement ouvert.
Les Français se plaignent d’ailleurs du fait que la Chine achète tout en France. Tout y passe ports, Aéroports. Club Med, Vignobles commerces, etc…. Et que feront-ils quand ils auront tout acheté en France ?
Les médias en France sont interdits de parler du franc CFA
Il est interdit de parler du franc CFA. Les journalistes qui sont payés gracieusement grâce au CFA n’en font même pas allusion, se sont même imposés une pensée unique en France et en Afrique d’ailleurs, avec l’Action de France 24, Afrique 24, Africa N1, TV5, Jeune Afrique, etc…
On se demande même pourquoi il y a plusieurs journaux et pourquoi on dit gouvernement de gauche ou de droite. En jouant à ce jeu, ces média mettent les Français en déroute et préparent ceux-ci à voter pour le FN qu’ils considèrent eux même comme un parti nazi, antidémocratique, antirépublicain et raciste.
Chers frères et soeurs, jusqu’à où voulez-vous qu’on aille pour vous prouver que nous sommes encore au temps de l’esclavage ?
Ceux qui demandent des preuves de ce que je dis, pourriez-vous m’expliquer pour le F CFA est une monnaie fixe ? Quand on sait que cette fixité n’est pas de même pour le Dollar, le Yen, Le Livre Sterling et même l’Euro ?
Pourriez-vous m’expliquer pourquoi la convertibilité prônée par la France n’est qu’un Leurre ? Car le F CFA n’est pas changeable dans aucun guichet de change en France ? Qui est le pays où on en fabrique ?
Ouvrons les yeux et levons-nous d’une seule voix afin de dire NON à cette monnaie d’esclavage.
La lutte ne fait que commencer.

RÉVÉLATIONS A LONDRES SUR LA FRANCE-AFRIQUE

​Une  chose  m’épate  continuellement  bien que  j’ai  étudié  la  finance  et l’économie  dans  les  meilleures  universités  du  monde. 

La question suivante  reste  sans  réponse  :   

POURQUOI 5000 UNITÉS DE NOTRE MONNAIE VALENT  1 UNITÉ DE LA VOTRE  ? 
Alors que nous possédons les réserves effectives d’or. Il  est  assez  évident  que  ce  n’est  pas  l’Occident  qui  aide  l’Afrique mais  l’Afrique qui aide le monde Occidental. L’Occident  dépend  de  l’Afrique par  tous  les  aspects  possibles,  étant  donné qu’ici  les  ressources  alternatives  sont  rares. Comment  l’Occident s’assure a-t-il que l’aide gratuite se perpétue  ?
En  déstabilisant  systématiquement  les  nations  les  plus  riches  d’Afrique  et  leurs systèmes  ? 

Et  tout  ceci,  grâce  à  l’appui  d’immenses  campagnes  de  relations  publiques laissant  croire au  Monde  entier que  l’Afrique  est  pauvre,  mourante  et  qu’elle  ne survit  que  grâce  à  la  charité  Occidentale. Bien  joué  OXFAM,  L’UNICEF,  La Croix  Rouge,  Live  Aid  et  toutes  les  autres organisations,  qui  dépensent  des  millions  de  dollars  pour  des  campagnes  de publicité  qui  ne  sont  que  porno  de  charité  pour  que  cette  image de  l’Afriquese perpétue  mondialement. Ces  campagnes  de  Pub,  payées  par des  gens innocents  pensant  aider à travers  leurs  dons. 
Tandis  qu’une  main  donne,  sous  les  flashs  lumineux  des  appareils  photos,  l’autre prend  dans  l’ombre.
Nous  savons tous que le Dollar ne vaut rien et que l’Euro  ne  représente  que l’Intéllect  et la Technologie Allemande et peut-être les pâtes à l’Italienne.
COMMENT PEUT-ON  S’ATTENDRE  A  DES  DONS  DE  LA PART  DES  NATIONS  QUI POSSEDENT  PEU  ? 
 

C’est  si  gentil  de  votre  part  de  nous  apporter des  crayons  de  couleurs  et  de nous  prendre notre Or et  nos  Diamants. 
Au  lieu  de  ça,  vous  feriez  mieux  de  venir  les  mains  vides  avec  intégrité  et honneur. Je  voudrais  partager  notre richesse  avec  vous,  et  vous  inviter  à  faire de  même. L’idée  c’est  une  Afrique  équilibrée  et  combative  qui  ne  disperserait  pas  ses ressources  aussi  facilement  et  allègrement.   Elle  vendrait  bien  évidemment  ses  ressources  au  prix  du  marché,  ce  qui  en retour  déstabiliserait  affaiblirait  les  économies  occidentales  qui  sont  bâties  sur  le système  post-colonial  du  pillage à  la  volonté. 
L’an dernier  le  FMI  rapportait  que  6  des  10  économies  les  plus  florissantes  étaient en  Afrique  selon  la  croissance  de  leur  PIB. Le  Trésor public  français  reçoit,  par  exemple,  environ 500  milliards  de  dollars, chaque  année  en  avoir de  réserves  de  change  issus  de  pays  d’Afrique,  le  tout basé  sur une  dette  coloniale  qu’ils  sont  forcés  de  payer. L’ancien  Président  Français  Jacques  Chirac  a  récemment  déclaré  lors  d’une Interview  :  «  il nous faut être honnête et reconnaitre qu’une grande partie de l’argent dans nos banques est  précisément  issue  de l’exploitation du continent Africain.  » En  2008,  il  a  expliqué  que  :  «  Sans l’Afrique, la  France  serait  reléguée  au rang de puissance du  tiers-monde.  » Voilà  ce  qui  se  passe  dans  le  monde  des  humains,  le  monde  que  nous  avons créé. Vous  êtes-vous  déjà  demandé  comment  les  choses  se  passaient  dans  la nature  ? On  aurait  tendance  à  penser  dans  l’évolution,  le  plus  apte  survit. Cependant,  dans  la  nature,  toute  espèce  qui  sur-chasse,  qui  sur-exploite  les ressources  dont  elle  dépend  pour  se  nourrir,  se  voit  tôt  ou  tard  éliminée  par  la sélection naturelle parce qu’elle perturbe l’équilibre.

 
Fait à TEDx Berlin par une Africaine & Publiée par Negronews
NON AU F CFA MAIS OUI A UNE MONNAIE UNIQUE AFRICAINE…

Côte d’Ivoire/ Le gouvernement de la IIIème République connu

Secrétaire Général de la Présidence de la République: M. Patrick ACHI

La liste des membres du nouveau gouvernement ivoirien a été rendue publique, ce mercredi, au palais présidentiel. Ci-dessous, des nominations :

Premier Ministre, Chef du Gouvernement : M. Amadou Gon COULIBALY

Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité : M. Hamed BAKAYOKO

Ministre des Affaires Etrangères : M. Amon Marcel TANOH

Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale : M. Jean-Claude KOUASSI

Garde des Sceaux, Ministre de la Justice : M. Sansan KAMBILE

Ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur : M. Ally COULIBALY

Ministre de l’Education Nationale : Mme Kandia KAMISSOKO CAMARA

Ministre du Pétrole et de l’Energie et de l’Energie Renouvelable : M.Thierry TANOH

Ministre de l’Environnement et du Développement Durable : Mme Anne Désirée OULOTO

Ministre des Infrastructures Economiques : M. Amédé Koffi KOUAKOU

Ministre de l’Industrie et des Mines : M. Jean Claude BROU

Ministre du Plan et du Développement : Mme Nialé KABA

Ministre des Transports : M. Amadou KONE

Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement : M. Bruno Nabagné KONE

Ministre des Ressources Animales et Halieutiques : M. Kobenan Kouassi ADJOUMANI

Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique : Mme Raymonde GOUDOU COFFIE

Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural : M. Mamadou Sangafowa COULIBALY

Ministre de la Culture et de la Francophonie :  M. Maurice Kouakou BANDAMAN

Ministre des Eaux et Forêts :  Gal Issa Coulibaly

Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Mme Ramata LY-BAKAYOKO

Ministre des Sports et des Loisirs :  M. François Albert AMICHIA

Ministre de l’Entrepreneuriat National, de l’Artisanat et de la Promotion des PME : M. Souleymane DIARRASSOUBA

Ministre du Tourisme :  M. Siandou FOFANA

Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat :  M. Abdourahmane CISSE

Ministre de l’Economie et des Finances :  M. Adama KONE

Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration : M. Pascal Abinan KOUAKOU

Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique: M. Sidi Tiémoko TOURE

Ministre de la Solidarité, de la femme et de la Protection de l’Enfant : Mme Mariatou KONE

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Sont nommés :

Secrétaire Général de la Présidence de la République: M. Patrick ACHI

Ministre d’Etat auprès du Président de la République, chargé du Dialogue Politique et des Relations avec les Institutions :  M. Jeannot Kouadio AHOUSSOU

Ministre des Affaires Présidentielles : M. Téné Birahima OUATTARA

Ministre auprès du Président de la République, chargé de la Défense : M. Alain Richard DONWAHI

LES JEUNES PANAFRICAINS VONT-ILS BOYCOTTER LE SOMMET FRANCE – AFRIQUE DE BAMAKO ?

​SOMMET FRANCE-AFRIQUE A BAMAKO

Bamako sous haute sécurité pour le sommet Afrique-France
Un important dispositif policier a été mis en place pour accueillir les 35 chefs d’Etat attendus dans la capitale malienne.
Dans le centre de vidéosurveillance et de commandement flambant neuf, une dizaine de policiers ont les yeux rivés sur de grands écrans de contrôle. Dehors, on entend les hurlements réguliers des gyrophares. A trois jours du début sommet Afrique-France, qui doit se dérouler les vendredi 13 et samedi 14 janvier à Bamako, les forces de l’ordre du Mali s’entraînent à la sécurisation des cortèges des officiels.
Une dizaine de kilomètres sépare l’aéroport des différents lieux d’hébergement. Près de 35 chefs d’Etat ont confirmé leur venue à ce 27e sommet Afrique-France. Un véritable casse-tête dans un centre-ville bamakois déjà régulièrement paralysé par les embouteillages. « On est capable de suivreles véhicules du début jusqu’à la fin », assure le commissaire de police Idrissa Samaké.

Le dispositif de sécurité déployé à l’occasion du sommet est impressionnant. Rien que pour cet exercice, plusieurs milliers de policiers et gendarmes sont sur le bord des routes. « Il y a une personne tous les 30 mètres. Le jalonnement est très serré. Ce parcours aéroport-hébergement, c’est le premier test sécuritaire, poursuit le commissaire Samaké. Au total, près de 10 000 hommes sont mobilisés pour sécuriser le sommet, dont 180 forces spéciales antiterroristes (Forsat), une unité créée au lendemain des attentats du Radisson Blu qui avait fait 22 victimes en novembre 2015.
Opération « déguerpissement »
Mais ce déploiement hors normes a des conséquences sur les populations. Si le gouvernement malien se targue des retombées économiques de ce sommet pour le Mali et ses habitants, beaucoup ne vont pas en profiter. En premier lieu, les taxis. « Des rues entières vont êtrebarrées, le pont Fahd également, ainsi que les accès qui desservent le centre de conférence,détaille Ibrahim Diarra un chauffeur de taxi.L’accès à la rive droite sera donc quasiment impossible », déplore-t-il. Les écoles, mais aussi la majorité des commerces seront donc fermées vendredi.
Les grands perdants de ce sommet sont surtout les « déguerpis ». Au début du mois de septembre 2016, la gouverneure de Bamako, Amy Kane, a lancé une grande opération de nettoyage des rues en prélude au sommet. Plusieurs milliers de boutiques ont été rasées, presque sans avertissement. Les quartiers particulièrement visés sont ceux où les différentes délégations vont être amenées à circuler, mais Amy Kane en a profité pour faire place nette partout dans Bamako.

« C’est vrai que c’est plus propre. On ne peut pas lenier. Mais on nous a prévenus deux jours avant. Deux jours ! Puis les bulldozers sont venus avec les gendarmes et les gaz lacrymogènes. Ils ont tout détruit », se rappelle Sékou Sy, un vendeur de vélos situé juste derrière l’hippodrome de Bamako. Il avait investi près de 2 millions de francs CFA (3 000 euros) dans sa boutique. « J’en ai perdu plus de la moitié. » Et lui a eu de la chance, il a pu se réinstaller, mais la majorité des petits commerçants sont désormais au chômage, plongeant des familles entières dans la détresse financière. Dans la rue de Sékou Sy, il y avait près de 200 boutiques. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une vingtaine derrière les trottoirs en construction.
Dans son petit salon d’esthétique, cachée au détour d’une ruelle dans le quartier de l’Hippodrome, « Black By » maugrée. Lui aussi a été « déguerpi » au mois d’octobre 2015. « Tout ça c’est un coup de flash, voilà comment j’appelle ça. On met de la peinture, on goudronne des routes qui sont déjà goudronnées et à côté de ça on continue d’oublier des quartiers entiers sans eau potable où les routes se transforment en marécages quand il pleut ! »
La France a signé dernièrement un contrat de plusieurs milliards d’euros avec la Chine dans lequel elle doit livrer à celle-ci de l’uranium pourtant tout le monde sait qu’elle n’a pas d’uranium dans son sous-sol.
Alors ce sommet ne vous dit rien ? Suivez mon regard.

  

La seule diplomatie Française pourra encore faire plier 35 Diplomaties Africaines ?
Auront-ils le courage de dénoncer le F CFA pour une première fois ? 
De toute les manières, la France ne pourra pas vous renverser en même temps cher chefs d’États.
35 contre 1, « Y’a pas match ».
Auront-ils le courage de mettre fin à cette Franc-Afrique ? 
Auront-ils le courage de mettre fin à ce néocolonialisme ?
Quant à nous les jeunes panafricains, même si nous ne pouvons pas dénoncer tout cela à votre très cher sommet, Nous ferons un effort de vous apprêter une petite surprise que vous allez sûrement apprécier.
La lutte continue chers frères et soeurs Africains.

​LAURENT GBAGBO A-T-IL DIT LA VÉRITÉ SUR LE FRANC CFA ?

« Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je me moque de qui fait ses lois ». 
(Rothschild Mayer)
Jacques Rueff a dit que le destin de l’Homme se jouait sur la monnaie. Il avait et il a raison. Aujourd’hui le destin des pays africains de la Zone Franc (PAZF) se joue sur le franc CFA. 

Aristote a donné les fonctions de la monnaie : réserve de valeur, moyen de paiement et unité de compte. Mais si cette définition fonctionnelle de la monnaie a l’avantage d’être simple, elle ne nous apprend rien sur la nature de la monnaie. La monnaie n’est pas simplement la servante de l’économie. Comme le dit si bien Denis CLERC,

 « dans toutes ces représentations, on décrit la monnaie dans les termes de la rationalité : si elle s’est substituée au troc, c’est pour faciliter les échanges ; si elle s’est dématérialisée, c’est pour réduire le coût des transactions ; si elle s’est complexifiée, c’est par commodité pour les usagers…Bref, la monnaie serait la servante de l’économie ». 

Or, il est admis aujourd’hui que la monnaie est un des supports essentiels de la souveraineté. L’un des attributs d’un État moderne réside dans son droit à battre monnaie et à mettre cette dernière à la disposition du développement. L’exemple des pays émergents est une parfaite illustration : chaque pays a sa monnaie. Ils ne sont pas dans une sorte de concubinage monétaire avec les anciennes colonies. Ainsi donc, tous les pays qui souhaitent se développer doivent prioritairement avoir la maîtrise de leur monnaie. Il en va de même d’un Etat qui souhaite affirmer son indépendance. Avec une telle fondation, il est aisé de s’interroger sur les positions prises par l’ex-Président ivoirien, Laurent GBAGBO. Tantôt adepte du Franc CFA, tantôt anti-franc CFA, le cas Laurent GBAGBO mérite qu’on mène cette présente réflexion. Peut-on chercher à être indépendant sans souveraineté monétaire ? Pour répondre à cette question nous commençons par rappeler la connexion du Franc CFA avec la françafrique. Nous comprendrons très vite que la lutte pour la souveraineté monétaire s’impose aux Africains s’ils veulent se libérer du joug colonial et amorcer leur développement. Finalement, on essayera de comprendre les multiples positions de Laurent GBAGBO sur le franc CFA. 
Le Franc CFA, une monnaie au service de la Françafrique 

Le franc CFA est une monnaie qui est au service de la France puisque c’est le Général De Gaule qui a créé cette monnaie le 25 décembre 1945. A l’époque le franc CFA signifiait, le franc des Colonies Françaises d’Afrique. Aujourd’hui, on parle de franc de la Communauté Financière Africaine pour la zone UEMOA et de franc de la Coopération Financière Africaine pour les pays de la CEMAC. La France pille par le truchement de cette monnaie, les richesses des pays membres de la Zone Franc. Le franc CFA est une arme défensive et offensive au service de la France. Cette monnaie permet à la France de défendre ses intérêts dans la Zone Franc. Avec cette monnaie, les investisseurs français n’ont pas à penser à un risque de change puisqu’il n’existe pas. Ils peuvent transférer légalement et facilement tous les bénéfices en France. Le franc CFA permet à la France de maintenir son influence sur les PAZF. 

Le franc CFA permet à la France de retarder le développement des pays membres. Par exemple, lorsqu’elle veut alourdir le stock de la dette des pays, il suffit à ce pays de dévaluer le franc CFA. Avec l’appréciation de l’Euro depuis 2007, les productions des pays membres de la Zone Franc deviennent moins compétitives par rapport à celles des concurrents de la zone dollar. Avec le franc CFA, la France empêche les pays Africains de profiter convenablement des bienfaits de la mondialisation. Le franc CFA est une disposition essentielle de la françafrique. C’est pourquoi la France défend crânement cette vassalisation monétaire. L’ex-Président Togolais Sylvanus Olympio voulait que son pays quitte cette zone pour une monnaie au service de son pays. La date de sortie était prévue pour le 15 janvier 1963. Deux jours avant la signature, le 13 janvier, il est assassiné. Modibo Keita est victime d’un coup d’Etat parce qu’il a osé sortir le Mali, en 1962, de la BCEAO et de la Zone Franc. Il est renversé le 19 novembre 1968. Il mourra dans des conditions troubles le 16 mai 1977. Le 28 septembre 1958, la Guinée vote à 95% « non » à son maintien au sein de la communauté française. Elle a définitivement quitté la Zone Franc le 2 mars 1960, en créant sa propre monnaie, le syli. Le mot syli signifie « Éléphant », en malinké. Pour déstabiliser la Guinée, la France va organiser le boycott monétaire du syli en introduisant dans le pays une grande quantité de faux billets de banque guinéens en vue de déséquilibrer l’économie. Cette opération était baptisée « opération persil ». 

La décolonisation du Franc CFA est un impératif pour les Africains 

Dans les années 60, lorsque les pays africains accédaient à l’indépendance politique, ils n’ont pas jugé nécessaire de prendre leur indépendance monétaire. Aujourd’hui les Africains ont l’obligation de montrer un peu de dignité au monde en rompant avec cette humiliante coopération monétaire avec la France. Moralement et économiquement, les Africains ont moult raisons de sortir de cette vassalisation monétaire. 

Moralement, il est indécent de se dire indépendant et pérenniser les vestiges de la colonisation. Hier, les pères fondateurs n’ont peut-être pas voulu rompre avec cette coopération en raison de l’insuffisance des ressources humaines à même de gérer une monnaie. Mais plus de cinquante années après les indépendances, il n’est plus acceptable que les PAZF demeurent encore sous le joug monétaire de la France. Les Africains seraient-ils des « enfants » qui ne grandissent jamais ? Les Africains sont-ils des Hommes ou des sous-Hommes ? 

Economiquement, les Africains ne pourront jamais de développer avec une monnaie dont les bases sont foncièrement impérialistes. Au nom de quelle théorie économique un pays doit déposer la moitié de ses réserves de change dans la banque centrale d’un autre pays ? Cette année, l’hebdomadaire américain, Businessweek révélait que les pays africains disposaient d’au moins 20 milliards de dollars américain à la Banque de France. Pendant que les pays Africains s’endettent auprès de la France à des taux d’intérêt élevés, elle rémunère les réserves africaines à un taux d’intérêt de 0,75%. Le franc CFA n’est finalement pas au service des économies africaines. Les Africains doivent se rappeler des propos de Joseph Tchundjang  POUEMI : « Je crois que nous devrions être capables d’assurer notre Défense, être donc militairement forts. Mais pour cela, il faudrait entretenir et équiper nos armées pour les rendre plus efficaces. Cela implique que nos économies secrètent suffisamment de revenus pour qu’une partie puisse être distraite et affectée à la vie de troupes et à l’achat (ou à la production, pourquoi pas !) du matériel, c’est-à-dire que nos pays devraient accélérer leur croissance économique, donc le rythme d’investissement dans la production des biens et des services. Or investir à bon escient, c’est avant tout disposer de circuits financiers soigneusement organisés, avec à leur tête des banques centrales conduites avec rigueur et rationalité, bref une monnaie bien gérée. Comme tu peux le voir, le cheminement que je viens de faire ne peut être inversé»1. 

Le Gbagboïsme est-il en phase avec le franc CFA ? 

On peut définir cette doctrine comme un sursaut de la dignité et de souveraineté face à l’impérialisme occidental. C’est aussi le refus de la subordination et de la vassalisation de l’Afrique. C’est finalement un système de pensée qui refuse l’aliénation des Africains. Avec une telle définition, on s’attend à une position de rupture vis-à-vis du franc CFA. Et pourtant, la position de Laurent GBAGBO n’est pas claire sur le franc CFA. En effet, dans deux de ses livres, nous découvrons deux GBAGBO ou du moins un GBAGBO cherchant à contenter deux camps. 

Dans son livre publié lors de la campagne électorale de 2010 dont le titre est: « Bâtir la paix sur la démocratie et la prospérité », à la page 198, l’ex-Président écrivait ceci : « Aujourd’hui, 8 pays dans la sous-région, membres de l’UEMOA, ont en commun la même monnaie, le franc CFA. Grâce à cette expérience, et malgré ses limites, leurs économies savent résister aux chocs extérieurs et intérieurs. Fort de cette expérience, je soutiens que rien ne devrait être entrepris pour saborder la monnaie commune ou l’affaiblir. Tout au contraire, nos énergies doivent converger vers le renforcement de cet outil pour le rendre plus performant et donc plus attrayant. La cohabitation de cette monnaie commune aux pays de la zone UEMOA avec 4 ou 5 autres monnaies nationales est un handicap au développement rapide de la coopération sous-régionale. Notre objectif doit être d’élargir la zone monétaire à tous les autres Etats de la sous-région ». Dans ce livre, l’auteur vante les mérites du franc CFA. 

Dans son livre avec François Matteï de 2014, le même auteur écrit ceci : « La Côte d’Ivoire est la pierre d’achoppement indispensable de la zone franc en Afrique de l’Ouest. C’est la raison pour laquelle il vaut toujours mieux avoir à sa tête quelqu’un qui ne remettra rien en cause. (…) La Côte d’Ivoire avait les moyens de quitter cette dépendance de la zone franc, même seule, et je m’apprêtais à le faire, c’est pourquoi on a voulu m’empêcher de poursuivre ma route ». Dans ce dernier livre, l’auteur se veut très critique vis-à-vis du franc CFA. Pour lui, il était à l’œuvre pour donner à la Côte d’Ivoire, une monnaie digne au service des Ivoiriens. Face donc à ces deux GBAGBO, il est possible d’émettre deux hypothèses. 

La première hypothèse : Laurent GBAGBO a exprimé sa vraie pensée dans son livre de 2010. Il devient donc un adepte de cette monnaie qui retarde le développement des Pays Africains de la Zone Franc (PAZF). La conséquence immédiate de cette position est que Laurent GBAGBO n’a pas dit la vérité aux Ivoiriens puisqu’il a promis en 2000, lors de la campagne électorale, sortir la Côte d’Ivoire de l’esclavage monétaire. Les Ivoiriens ont donc voté sur la base d’un projet flou et peu sincère. 

La deuxième hypothèse : Laurent GBAGBO donne à présent sa vraie position sur le franc CFA dans son livre de 2014. Il est pénétré de l’idée selon laquelle l’indépendance politique sans l’indépendance monétaire n’est qu’une indépendance de drapeau. Si on lui accorde cela alors on peut s’interroger sur la position prise dans son livre de 2010. On peut penser qu’il voulait rassurer la France qui a vraiment peur d’une sortie de la Côte d’Ivoire de la Zone Franc. Si telle était la stratégie de Laurent GBAGBO, on peut se permettre de dire qu’elle était mauvaise car la France officielle n’est pas dupe pour se faire rouler dans la farine.

Dans cette lutte pour la renaissance africaine, les dirigeants africains doivent avoir une vision très claire, une méthodologie bien définie et la stratégie à adopter. Les masses sont prêtes à suivre l’élite à condition qu’elle-même clarifie sa position. Les populations africaines aspirent à un changement, elles ont soif de revoir le passé glorieux de l’Afrique. Pour ce faire, nous devons nous définir par rapport à nous-mêmes et non par rapport à un occident qui se cherche. Dans ce combat, nous devons faire la liste de nos amis et de nos ennemis et ne jamais prendre un ennemi pour un ami même s’il le proclame.
On pourra retenir d’après un adage ivoirien <<Trop parler donne Dagbè>> que Laurent GBAGBO malgré tous les écrits que nous connaissons a préféré passer à l’acte à travers la création de la MONNAIE IVOIRIENNE DE RÉSISTANCE (MIR) qui devrait être battu par Une Banque Centrale Ivoirienne.

La France a du dépêché son assaut pour le renverser avant que cette  monnaie ne prenne forme car elle aurait perdue beaucoup à travers la création de cette monnaie qui ne serait plus le F CFA.

Cette monnaie donnerait à la Côte d’Ivoire un développement remarquable de son économie.

Dieu merci comme on le dit, il n’a pas été tué en 2011 mais est aujourd’hui à la Cour Penale Internationale (CPI) pour selon eux, Crime contre l’humanité.

Nous avons une jeunesse consciente et active qui a décidé de prendre en main son destin donc les jours du FCFA sont comptés.

La lutte ne fait que commencer chers frères.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑